• TABITABIYA

LE HAORI, UNE BATAILLE AU FEMININ

LE HAORI, C’EST AUSSI UNE BATAILLE AU FEMININ C’est également à l’Epoque d’Edo, Edo Jidaï 江戸時代 (1600-1868) que les femmes se mirent à se vêtir d’un haori. Jusque alors, elles portaient, sur leur kimono, un uchikake, qui n’est plus utilisé aujourd’hui que pour la tenue d’une jeune mariée.


Uchikake de l'Epoque Muromachi photos issues du Musée du Costume


Mais, l’aventure du haori au féminin fut semé d’embûches et nous ramène sur les pas des premières femmes geisha, les Onnageisha 女芸者, dont voici une magnifique incarnation, ici, dans cette estampe d'un des maîtres du Shin-Hanga 新版画, Shimura Tatsumi 志村立美, et qui nous aura laissé de merveilleuses oeuvres de Bijin-Ga 美人画.


Intitulée Kiba 木場, cette oeuvre offre, à nos yeux, un portrait de tatsumi geisha de Fukagawa à la beauté saisissante. Drapée dans son haori noir, elle incarne une élégance empreinte de force, Iki 粋, la sophistication dans la simplicité, une élégance naturelle qui comporte une part d'audace et de non-conformisme, par opposition au monde des fleurs des jeunes maïko 華 hana. C'est la palissade de bois qui nous traduit l'atmosphère du Edo de cette époque.



C’est vers les années 1750 que les premières geisha au féminin firent leur apparition avec l'ouverture des maisons de thé. Des femmes artistes accomplies dans les domaines de la musique et de la danse commencèrent à proposer leurs services pour des soirées privées. Les premières geisha de Tokyo officiaient dans le district de Fukagawa 深川, non loin du Palais Impérial de Tokyo. Au début, beaucoup de ces geisha, dans le but de d’affirmer la maîtrise de leur art à titre égal avec les hommes geisha, s’habillaient comme eux en haori, d’où leur nom de haori geisha 羽織芸者 ou tatsumi geisha 辰巳芸者 (Tatsumi faisant référence au quartier de Fukagawa). Bien que la plupart des geisha finirent rapidement par se vêtir de manière féminine, les haori geisha continuèrent de s’habiller de façon masculine. Elles prirent aussi des noms d’artiste masculins et certaines d’entre elles allèrent même jusqu’à se raser le crâne comme les hommes. Une autre de leur particularité était, peu importe le froid et la neige, de ne pas porter de tabi 足袋 pour protéger leurs pieds.


Un portrait de plein pied de cette haori geisha par l'artiste de Nihon-Ga 日本画, Kaburaki Kiyotaka 鏑木清方 avec ce tableau : Tsukijiakashicho 築地明石町, un quartier de Tokyo.

Les geisha influençaient la mode comme personne et c’est elles qui créaient la tendance. La coutume de porter le haori, sous leur influence, s’étendit à toutes les femmes. Et les grands magasins se mirent à créer des modèles de haori tout spécialement pour elles. Mais, vous l’avez compris, dans le Japon des temps anciens, on ne s’habillait pas avec liberté. Et le Shogunat émit encore un autre interdit sur le port du haori pour les femmes.


La parade O-Edo Fukugawa お江戸深川パレード de la Fukugawa Aki Matsuri (Festival d'automne de Fukugawa), qui se tient au mois d'octobre, vous donnera l'occasion de vous habiller en haori geisha ! Pourquoi ne pas essayer ? Il fallut attendre l'ère Meiji Meiji-Jidaï 明治時代 (1868-1912) et le relâchement d’influences sur la société pour que, sans distinction de genre, le haori soit porté par tous ! Et les femmes s’en donnèrent à coeur joie ! Bien que le haori, étant à l'origine un vêtement japonais pour les hommes, ne peut être un vêtement approprié pour les tenues formelles féminines, elles l’adoptèrent sans retenue. Et ce d’autant plus qu’au 19ème siècle, le haori noir était aussi devenu une manière d’arborer le blason familial et pouvait, de fait, rehausser des kimono de rang commun,ce qui étaient parfait pour les femmes qui ne possédaient pas de kimono de haut rang. Ce haori noir décoré d’un blason blanc très discret garde toujours son image de "prestige", mais on ne le voit plus guère sur les kimono…. Une image féminine qui a disparu, considérée comme un peu vieillotte…


Le haori faisait également intégralement partie de la tenue des jeunes filles de l'époque, comme sur cette photo qui montre une jeune fille de l'Ere Meiji habillée formellement avec un haori sur son hakama 袴:



















Les ères Taishō, Taishō-Jidai 大正時代 (1912-1926) et Showa, Showa-Jidaï 昭和時代 (1926-1989) virent le haori noir orné d’un blason montsukikurobaori 紋付黒羽織, ou tout simplement un haori noir kurobaori 黒羽織, devenir le symbole de la femme mariée, de la maman en kimono pour les cérémonies d’entrées et cérémonies de remise de diplômes de leurs enfants, les funérailles, visites pour des naissances, etc... Il permettait aux femmes ordinaires de pouvoir rehausser leur tenue pour toutes les petites cérémonies et évènements de la vie. C'est lui qui étaient fortement recommandé par les magazines féminins pour toutes ces occasions. Pouvait être subsitué au haori noir uni avec blason, un haori noir arborant un motif dans le dos.


Une autre oeuvre de Shimura Tatsumi 志村立美, intitulée Yakaïmaki 夜会巻き. C'est le nom de cette coiffure très à la mode à l'ère Taisho. Cette jeune femme, à la mode de son temps, s'est apprêtée pour une soirée. Elle a décoré sa coiffure et revêtu son haori noir avec son blason blanc.


A l’époque Showa Showa-Jidaï 昭和時代 (1926-1989) toujours, celle du swinging Showa, le haori devint aussi le symbole de la modern girl, toujours avec sa longueur indétrônable. Cette tendance au haori long, le nagabaori 長羽織, s’explique peut-être par le lien gardé avec l’image du uchikake qui recouvrait les kimono d’antan. C’est ce nagabaori qui, depuis le revival du kimono dans les années 2004-2005, est à nouveau à l’honneur. Si vous voulez suivre la tendance du Japon, optez pour lui !

La guerre obligea nombre de femmes à remplir des taches effectuées d’habitude par les hommes et à accomplir bien des travaux durs. Et c’est là que l’on vit le haori se raccourcir et naître le chubaori 中羽織 pour permettre aux femmes de vaquer à ces nouvelles obligations sans être entravées par leur vêtement. On dit aussi que ce haori court fut très en vogue pour faire écho à la mode de la mini jupe des années 60.


REGARDEZ !!!! Pour pourrez retrouver ici, à travers ces photos de famille (un vrai petit bijou !), l'évolution du haori à travers les âges : http://kimono-kitai.info/889.html C'est très intéressant de voir les fluctuations de la mode à travers une famille !


Vous pouvez aussi voir, avec cette illustration, toutes les diffrences de style entre les époques Taisho, Showa et aujourd'hui :



Puis, la modern girl commençant à s'habiller à la mode occidentale après la guerre, la baisse de la demande pour les kimono, fit que le haori n'est guère plus porté. Il semble connaître un petit revival avec cette nouvelle façon de le porter avec des tenues ordinaires en lieu et place d'une veste. Et c'est comme ça qu'on aime le porter !


En plus de tenir chaud et d’être très confortable, le haori est un vêtement extrêmement pratique, très ludique et versatile. Depuis que les femmes peuvent le porter en toute liberté, on se doute bien que les créateurs s’en sont emparé pour le colorer de tout leur savoir-faire et créativité. Il a toujours une connotation décontractée et, à l’exception des montsukibaori noirs, à un ou trois blasons, pour l'on peut toujours continuer à porter pour des funérailles à condition qu'ils n'aient aucun motif, il n’est pas porté avec des kimono formels pour des cérémonies de mariage, par exemple, et jamais pour une cérémonie de thé ! Car l’image distinguée de la femme est celle d’une silhouette en kimono et obi. Pour ces moments-là, on vous conseillera de porter un michiyuki pour protéger votre kimono lors de vos trajets. Mais sachez que c’est aussi un vêtement d’intérieur. Alors ne vous privez pas de porter votre haori pour vos moments détente et plaisir à la maison ! Il est fait pour ça !



Pour retrouver tous nos haori, ces vestes pour kimono qui sont un véritable pan de l'histoire du japon, c'est ici ! https://www.tabitabiya.com/shop


Faites-vous plaisir et, vous aussi, participer au revival de ce vêtement japonais traditionnel considéré aujourd'hui, comme iconique et so trendy !


TABITABIYA

ATTENTION! Aucune utilisation, copie ou autre de nos textes et images ne peut être fait sans un accord préalable de notre part.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
Logo de la boutique japonaise en ligne Tabitabiya
  • Page facebook de Tabitabiya
  • Compte Instagram Tabitabiya

© 2016 TABITABIYA       Le contenu de ce site web est la propriété exclusive de Tabitabiya. Tous emprunts ou reproductions sont interdits.